Pochette de Printed & Lost 1983-1991
Begin Says
Printed & Lost 1983-1991

DCD

Site du groupe

Partager

A l'instar de Flue et quelques trop rares formations, Begin Says (ou B. Says à une époque) a incarné dans les 80's une esthétique arty sans frontières. Si l'on songe fortement à l'approche hors-genre de Tuxedomoon en particulier du fait de l'usage du violon et de la clarinette, la formation éclipse très vite les références trop évidentes. En son temps (1989) leur seul album "Under The Palm Trees" fit un peu figure d'ovni tout juste posté entre new-wave et dandysme pop.
La réédition largement augmentée proposée par Infrastition vient donc à point nommé, 35 titres et un vidéo-clip couvrant ainsi l'ensemble de la carrière du groupe. Passée la surprise de voir le tracklisting originel totalement bouleversé, les titres de la compilation Facteurs D'Ambiance "Essai" (1988) étant intégrés et l'album démarrant sur LSD au lieu de Mother-The-Earth... nous replongeons avec délice dans ces ambiances précieuses et lumineuses qui culminent sur le très cold-wave Rock Star. Viennent ensuite les bonus du premier cd qui explorent les démos (1983) déjà très travaillées et quelques extraits de projets pour le cinéma et le théâtre. Ce menu sonore aurait déjà entièrement suffit à assouvir les attentes, mais le label et le groupe ont également choisi d'éditer pour la première fois "The Lost Album", qui aurait pu ou aurait dû (?) sortir au début des années 90, peut-être inactuel à l'époque, trop précieux en ces années baggy et dance, pas assez noisy-pop... Aujourd'hui ces 14 titres n'ont rien d'anecdotique, loin de n'être que des archives, ils exposent un groupe au sommet de son art, audacieux, mélodieux et terriblement inspiré. Dans la scène française de l'époque on apprécie mieux avec le recul cette étrange parenté entre Clair Obscur, Complot Bronswick, Die Bunker ou plus tard Résistance, formations capables de dépasser les limites stylistiques pour atteindre une forme d'art poétique libre, Begin Says est de cette famille euro-wave avant-gardiste éminemment intemporelle.


aloysius

lundi 9 novembre 2015