Princes de la darkwave synthétique allemande, les deux membres de DEINE LAKAIEN: Alexander Veljanov (chant) et Ernst Horn (claviers) ont réussi à imposer un univers à dominante mélancolique basé sur des mélodies limpides et ensorcelantes. Dés 1986, ils surent trouver une voie musicale aussi délicate que celle défrichée par CLAN OF XYMOX, devançant même ceux-ci en réalisant des morceaux qui n’auraient pas déparé sur « SLEEP WITH THE FISHES » le projet de Pieter Nooten (de XYMOX) réalisé en 1987. Sans avoir réussi à se renouveler à chaque album, le duo a malgré tout établit une discographie sans taches ; un seul élément pouvant contrarier cet unanimité : la mise en avant excessive de la voix du chanteur.

Ernst Horn ne se contente pas de concevoir des compositions sonores pour DEINE LAKAIEN, il réalise en effet un album solo « THE SKIES OVER BAGDAD » qui confirme ses prédispositions pour d’étranges triturations musicales ; pendant ce temps Alexander Veljanov concrétise un projet plus rock sous le nom de RUN RUN VANGUARD.

Les tribulations externes des duettistes ne vont pas en rester là, une soif inextinguible de création les anime. En 1992, le premier album de QNTAL est un révélation ; ce projet rassemblant Ernst Horn et les membres de l’ensemble de musique médievale ESTAMPIE est à l’origine du hit des dark-floors Ad mortem festinamus, superbe danse macabre combinant sons électro, musique et chant médiévaux . En 1993, Alexander Veljanov rejoint lui aussi les membres d’ESTAMPIE pour l’album « LUDUS DANIELIS », il poursuivra cette aventure sur « CRUSADERS » (cf chronique).

En 1995, QNTAL sort « II » la suite tant attendue du premier opus, la voix de Sigrid Hausen y est encore plus mise en valeur, sur une musique qui impose une souplesse rythmique nouvelle, sorte de « trip-goth » somptueux.

Monstre à trois têtes, la musique délivrée par ces enchanteurs mélancoliques, du moyen-âge au XXème siècle en passant par le projet QNTAL suspendu hors du temps, nourrit ardemment les auditeurs.

Catégories : ArticlesEntretiens et monographies

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar