Perpétuant
un death-rock acéré par ses guitares effilochées, MEPHISTO
WALZ ne change pas, fidèle à un univers personnel. Depuis l’arrivée
de Christianna au chant (dès le second album), le groupe a su réunir
les amateurs de COCTEAU TWINS première période et les goths deuxième
génération. Alors que le groupe prépare la sortie d’un
nouvel EP, en attendant un album en préparation, Bari-Bari nous a fait
l’honneur de répondre à quelques questions.

Pouvez-vous
parler de l’histoire de MEPHISTO WALZ? La signification du nom?

Bari-Bari :
Le groupe s’est formé en 1985/1986 après avoir quitté
CHRISTIAN DEATH après « ATROCITIES ». J’envoyais des cassettes
avec de nouvelles chansons à Johann et il a trouvé un chanteur
et un batteur en Allemagne. Nous avons accouru en plein hiver et sommes arrivés
au milieu de la nuit. Nous sommes restés dans la gare toute la nuit en
attendant que les magasins ouvrent. En somme, nous avons répété
tous les jours pendant deux mois, nous nous sommes entendus avec un label italien
et avons enregistré le premier disque. Le nom bien entendu vient de Faust.
Johann et moi avons tous deux beaucoup travaillé sur son oeuvre. Ca correspondait
au son agressif que nous avions à cette époque.

Comment
Christianna a-t-elle remplacé le chanteur homme (la créature)?

le
groupe?

Jorge
est venu aux Etats-Unis avec nous et nous avons joué là-bas pendant
un temps. A cette époque la scène de Los Angeles n’était
pas bien pour notre type de musique. Nous avons dépéri pendant
un temps et nous sommes repartis. Je suis retourné en Allemagne et nous
avons enregistré quelques chansons étranges (Generator Aktion)
mais je ne pouvais pas rester très longtemps. Je suis parti pour Londres,
Jorge m’a rejoins plus tard et a posé sa voix sur plusieurs des
morceaux. Après mon retour à L.A., j’ai commencé
une nouvelle version de MEPHISTO WALZ avec Stevyn Grey et après avec
William Faith qui connaissait Chris. Après un certain temps et une tournée
en Allemagne, nous sommes rentrés épuisés. Stevyn et William
sont partis pour jouer avec Eva. O. et heureusement j’ai rencontré
David Glass et Johann au Troubedor pour CHISTIAN DEATH quatorzième version
ou quelque chose comme ça. Nous avons enregistré mes nouvelles
chansons aussitôt. Ces morceaux sont devenus Terra-Regina, Thalia
et Eternal Deep.

Quand
on écoute MEPHISTO WALZ, on entend comme des larmes convulsives et une
frénésie abrasive, ça me rappelle «GARLANDS»
(Cocteau twins) ou le mur de son de Cindytalk dans «CAMOUFLAGE HEART»,
vous sentez-vous proches de la scène coldwave des années 80? Quels
sont vos principaux goûts et influences en musique (vieux/nouveau)?

Je
crois que nous avons été influencés par ces groupes. Je
ne sais pas à quel point parce que nous avions une ligne directrice passablement
forte au départ. Mes principales influences d’il y a bien longtemps
sont les PRETENDERS et U2. Ils ont changé mon jeu de guitare de telle
sorte que j’ai pu très vite m’adapter au style de CHRISTIAN
DEATH. Aucune influence ne me vient à l’esprit tout de suite. Je
ne veux pas paraître suffisant, c’est juste que rien ne me vient
à l’esprit, à part peut-être tout…

Sur
le dernier album en date, « IMMERSION », le groupe est un duo, qu’est-ce
que cela change à la façon d’écrire des chansons?
Y a-t-il de nouveaux membres dans le groupe actuel?

« IMMERSION »
c’était juste Chris et moi, j’ai même construit un
console de mixage (table) pour le faire à la maison. En ce moment nous
avons notre propre studio d’enregistrement en dehors de L.A.. En regardant
le groupe aujourd’hui, on y trouve Johann et David Glass qui sont avec
nous de nouveau et nous jouons de temps en temps en concerts ensemble. On a
juste joué BatCave à New York et nous préparons quelques
trucs pour bientôt. Peut-être l’Allemagne à la fin
septembre.

Comment
considérez-vous la scène gothique américaine aujourd’hui?
Vos «frères de sang» FAITH AND THE MUSE, CHRISTIAN DEATH…?

Je
ne suis pas un expert de la «scène» car j’y fais moins
attention qu’avant.

Pour
nous votre musique est hypnotique, onirique, elle crée des rêves
et des cauchemars avec un esprit de mythologie; en regardant votre discographie
nous lisons des titres comme « CROCOSMIA », « TERRA REGINA »,
« THALIA » et des chansons comme Aegis, Tangia, Euphrosyne
Y a-t-il quelque chose de caché derrière ces mots, une vision
personnelle d’un monde énoncé avec des personnages mythologiques?
Croyez-vous qu’il existe un lien entre les âges sombres d’obscurantisme
d’aujourd’hui et l’antiquité?

Au
travers des paroles et des images et du texte nous avons essayé d’ouvrir
un canal vers un passé mystique ou le passé Grec, et vers les
choses qui nous intéressent d’un passé encore très
largement inconnu. Il n’existe pas de connexion directe, pas d’intention
directe ne transpire dans les paroles. Nous tentons de parler de choses de façon
générale, de manière si large que c’est un peu irréel.

Depuis
l’Europe les Etats-Unis d’aujourd’hui semblent ultra patriotiques
et quelque fois racistes, y a-t-il un résistance dans la culture underground
à cela?

Et
bien je crois qu’après le 11 septembre un glissement est normal. En ce
qui concerne les causes réelles, je crois que l’Amérique
a tord dans certains domaines d’influence. Mais d’un autre côté,
je ne pourrais pas être si illimité et créatif si je n’avais
pas vécu ici. Les civilisations occidentales ont permis à des
millions de gens de vivre comme des rois et des reines. Si les gens pouvaient
se contenter de ce qu’ils ont au lieu de continuer à chercher plus.
Citation d’Iggy Pop: « brains instead
of soul, where IS the soul?
 » (« de la
cervelle à la place de l’âme, où EST l’âme? »).

En
regardant votre répertoire on voit beaucoup de chansons de groupes des
années 60/70 comme Iggy & STOOGES, JEFFERSON AIRPLANE, THE ROLLING
STONES… Est-ce le background musical de votre enfance ou un manifeste pour
le pouvoir intemporel du véritable rock’n’roll?

Ce
sont juste des chansons ayant beaucoup d’influence provenant d’un
lointain passé. Quelques fois quand nous étions loin de chez nous
pendant des années, ces chansons et d’autres surgissaient de nos
inconscients. Peut-être nous disaient-elles qu’il était temps
de rentrer chez nous.

Vos
projets futurs? Un nouvel album? Des apparitions sur des tributes? Des concerts
en Europe?

De
nouvelles choses en cours, bientôt l’Allemagne, nous avons joué
deux fois avec Gitane. Un nouveau projet parallèle: « In the Center
Of A Clearing » ainsi qu’une collaboration avec d’autres groupes,
de la production et du live.

Quelque
chose à dire à la culture gothique française indépendante?

Je
ne sais pas vraiment quoi dire, juste «meilleurs voeux» et soyez
sombrement heureux… Au revoir.


Laisser un commentaire