Groupe : Opera Multi Steel
Album : Les Douleurs de l’Ennui
Date : 1998-12-01
Label : Orcadia Machina
Distributeur :
Format : CD
Durée :

La
première écoute de « LES DOULEURS DE L’ENNUI »,
paru en 1990 et – heureusement – réédité en 1998 sur Lullaby,
conduit inexorablement à délaisser les sens/sons communs. Ceux-ci
s’abolissent dans les flammes pour donner naissance à une multiplicité
de sens à faire tourner la tête. Saisis par une transe, vous entrez
dans la danse du derviche tourneur, chapelier des mots tordus, Patrick .L. Robin.
Les textes sont tantôt parsemés de traces autobiographiques ( Le
phare
ou Premières loges), tantôt de collages détonants
et d’émotions foudroyantes ( Les reliquaires ou Les douleurs
de l’ennui
).

Ce
lexique magique qui emprunte au latin, à l’espagnol, à l’arabe…
se voit enveloppé par une basse cold-wave ondulante, des synthétiseurs
farceurs et aériens et des sons hétéroclites. Aussi sans
plus attendre et sûrement pas le Jugement Dernier, embarquez pour des
contrées mêlant la gravité de l’enfance, la violence
des sens à la folie terrassante. L’écriture stupéfiante
(- I’m definitely addicted to – ) peu à peu s’immisce dans
votre esprit pour ne plus vouloir le quitter. Qui s’adonne à OPERA
MULTI STEEL corps et âme, délaissant querelles de chapelles et
poses obligées, s’élève vers un Eternel féerique
où dansent de concert anges et démons.

Dans
un monde déliquescent, nous n’avons décidément que
le choix d’une Existence rebelle .


0 commentaire

Laisser un commentaire