Groupe : Atta Sexden
Album : Captive
Date : 1998-12-01
Label : autoproduction
Distributeur :
Format : CD
Durée :

Premier
album autoproduit (désormais distribué par MEDIA 7) pour ce jeune
groupe d’Angers, « CAPTIVE » est techniquement irréprochable.
L’album est cohérent de bout en bout, les atmosphères savamment
échafaudées à la manière d’un LEGENDARY PINK
DOTS qui se convertirait au métal-indus-core, les titres réussissant
à se succéder avec une évidence qui joue autant sur le
contraste que sur la fluidité. ATTA SEXDEN alterne moments d’hystérie
où la voix saturée et synthétique tisse un portrait sonore
digne avatar d’une vivisection insane, et territoires encore barbares
où lyrisme et fragments de ruines post-atomiques confinent au Bizarre.
En France, leur musique voisine avec les broyeurs sonores que sont SIN ou SPINA,
ailleurs se sont plutôt des groupes comme NINE INCH NAILS voire MARYLIN
MANSON (dans ses meilleurs moments, ndlr : les plus torturés) qui
pourraient être évoqués ; mais ATTA SEXDEN résiste
à ce type d’analyse, tant sa capacité à faire vivre
ses propres démons, offre une incarnation irréductiblement personnelle
et crédible. Les strates les plus rugueuses et visqueuses côtoient
des réseaux quartzifères à la clarté sans pareille,
tel ce Concerto (purement néoclassique) qui clôt l’album.

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire