Groupe : Puissance
Album : Back in control
Date : 1998-08-01
Label : Cold Meat Industry
Distributeur :
Format : CD
Durée :

Après
« TOTALITARIAN HEARTS » (un 45 tours vinyle) superbe brûlot
prônant avec une utopie nihiliste une destruction massive et globale de
l’humanité afin de célébrer la fin de l’évolution
pour nos civilisations, voici leur nouvel opus « BACK IN CONTROL ».

D’emblée
les atmosphères, les arrangements et les thèmes entretiennent
une filiation manifeste avec « LET US LEAD » (cf :
chronique TRINITY n°1) ; leur prédilection pour une instrumentation
orchestrale néoclassique lovée dans un sarcophage de sonorités
industrielles froides instaure une nouvelle fois, un climat ostensiblement dévastateur.
L’ensemble des titres forme une structure nettement plus aboutie ;
ce qui sur « LET US LEAD » paraissait somptueux est ici
transcendé ; la production sonore participe fortement à cette
évolution.

Le
froid, l’effroi, la peur parcourront certainement l’échine
de l’auditeur ; mais le regard désespéré de
PUISSANCE sur notre évolution fatale trouvera un écho en chacun
de nous, spectateurs impuissants que nous sommes face à notre déchéance
collective, notre incapacité innée à peser sur la destinée
de nos civilisations.

Plus
encore que sur le premier album, PUISSANCE exerce son pouvoir d’ensorceleur,
usant de déclamations annihilantes, lucides et cinglantes ; les
suédois nous offrent des pièces symphoniques, où hautbois,
clarinette et percussions apportent lumière, sentiment et vie au sein
du panthéon à l’arborescence de givre : dernier repos
pour le macchabée, dernier hiver pour l’Homme.

 

P.S. :
De récents propos du groupe désamorcent manifestement la portée
de leur vision ; en effet le groupe nie la possibilité pour les
individus de se déterminer seuls. Nous pressentions qu’ils voulaient
assister et engendrer la fin de l’humanité sous toutes ses formes,
mais leur détermination à contrôler les autres n’est
a priori pas en rapport avec ce pessimisme nihiliste mais bien plus avec un
autoritarisme sectaire qui condamne les membres de PUISSANCE à un rôle
de pantins courant après le pouvoir et la domination des esprits, un
bien piètre numéro !

Catégories : Chroniques

0 commentaire

Laisser un commentaire