Groupe : Mission, The
Album : Aura
Date : 2003-03-01
Label : XIII Bis
Distributeur :
Format : DLP/DCD
Durée :

Honte
à votre humble chroniqueur, de n’avoir jamais su, pu ou voulu comprendre
l’engouement d’une partie de la peuplade gothique pour ce -grand
éléphant du lyrisme inutile-. Missionnaire d’une foi pesamment
symbolique (aux textes messianiques grandiloquents…), THE MISSION aura
consécutivement revisité les cercueils du romantisme (le temps
d’un premier album et de EP’s très fréquentables),
l’ésotérisme de LED ZEPPELIN (sur « CHILDREN »),
pour s’écraser enfin le temps d’un boursouflé « MASQUE »,
digne du PINK FLOYD de David Gilmour. « NEVERLAND » eu le courage de
rompre avec d’hypothétiques velléités commerciales,
le groupe réussissant dès lors à écrire l’un
de ses meilleurs albums à ce jour, tout au moins l’un des plus
personnels. La suite est une succession de méandres compliqués
et de compilations, de lives et de remixes pléthoriques. Le dernier album
en date, « BLUE » était d’un classicisme excessif, sa parution
discrète marquait le temps de la retraite pour les frères missionnaires.
Revenus sur le devant de la scène à l’occasion d’une
tournée exceptionnelle, la nouvelle génération de gothiques
n’ayant jamais assisté à un concert de l’âge
d’or de THE MISSION, la formation de Wayne Hussey et Craig Adams offrit
des concerts mémorables (ndlr : l’un d’entre eux à
été édité sur support CD il y a quelque temps) qui
insufflèrent suffisamment d’énergie au groupe pour reprendre
le chemin des studios. Le résultat est à la hauteur des attentes,
non seulement THE MISSION retrouve sa capacité à extraire un lyrisme
fougueux de mélodies simples, pour le plus grand bonheur des amateurs
d’hier, mais le groupe réalise également ce qui pourrait
bien être son meilleur album. « AURA » condense l’univers
typique de la formation tout en explorant un versant plus autobiographique,
voire introspectif (Cocoon) ; oscillant entre SISTERS OF MERCY pour
le brio mélodique des titres phares (l’album en regorge) et le
balancement velouté de THE CURE. Ce nouvel album aura (sic !!!)
au moins un mérite, celui d’avoir réussi à bercer
les oreilles hostiles d’un ennemi de la première heure.

Catégories : Chroniques

0 commentaire

Laisser un commentaire