Groupe : Avoid Catoblepone
Album : Décharné de l’âme
Date : 2003-03-01
Label : autoproduction
Distributeur :
Format : CD
Durée :

Le
funeste cap du second album a souvent donné lieu à de catastrophiques
évolutions : changement de style radical, perte de l’inspiration,
absence de désir d’écriture… Avec « DECHARNE
DE L’AME » AVOID CATOBLEPONE ne sombre pas dans l’un de ces
travers effroyables ; même si l’on ressent parfois des fragments
de précipitation qui ne transparaissaient jamais sur le premier album.
Les guitares moins farouches n’hésitent pas à lacérer
le spectre sonore, la voix plus assurée répond à ce nouvel
environnement en se faisant moins fragile, parfois relayée par un chant
masculin désabusé. Le premier titre est à ce propos un
entrée en matière quelque peu rude. L’essence combative
de AVOID CATOBLEPONE est toujours dominante, la mélancolie des ruines,
le front délavé par les larmes, une coldwave dépressive
et guerrière qui ne se soumet jamais. Dès le second morceau la
magie opère totalement, les schèmes électroniques, soubassements
au cœur des rythmes, croisant le fer avec d’acides guitares épiques.
L’introspection, cavité reposoir de « MUSIQUES DE CHAMBRE FROIDE »,
n’est plus de mise, la froideur clinique d’un hôpital de campagne
remplaçant le doux murmure de la tombe. Fossoyeur arrogant du somnanbulisme
et du recueillement, « DECHARNE DE L’AME » a le goût du
sang, révolte sourde qui annonce un nouvel âge : cohorte psychiatrique
d’éternels enfants lovés dans leur folie.


Laisser un commentaire