Groupe : Der Blutharsch
Album : When all else fails
Date : 2003-03-01
Label : WKN
Distributeur :
Format : CD/double 10″
Durée :

DER
BLUTHARSCH propose deux parutions quasi-simultanées, celle d’un
nouvel album « WHEN ALL ELSE FAILS ! » et la réédition
sur support vinyle de « THE PLEASURES RECEIVED IN PAIN ». Passons sur
la très belle réédition qui renvoie aux débuts de
la martelante aventure d’Albin Julius, pour nous attarder sur un nouvel
album intriguant. La version vinyle se présente sous la forme d’un
coffret intégrant un double-vinyle 25cm et une affiche reprenant le profil
statuesque de la pochette. Le disque se décompose en quatre volets :
a simpler heart than mine-, –might have some beauty clear-, –when
I could see no sign
– et –of thee but only fear-, oeuvre occulte,
ode satrapique à la crypto-décadence, glorieuse et inutile fresque
polyandre, métisse amante des passés engloutis, coexistant insolemment
avec la fange hurlante et quotidienne de la « dance trash-TV academy ».

Musicalement
l’album est un florilège de rapines délicieuses commises
sur un demi-siècle de musique populaire, classique et folklorique. « WHEN
ALL ELSE FAILS ! » est à ce jour l’album le plus riche
du groupe, retrouvant en cela l’inépuisable folie païenne
de THE MOON LAY HIDDEN BENEATH A CLOUD, moins martial que par le passé,
il est aussi plus étrange et aventureux. Une voix féminine rejoint
parfois le lourd charroi récitatif d’Albin Julius, éclairant
d’un aiguail auroral le flux mélodique. La parenté autrichienne
avec ALLERSEELEN, les fantômes moyen-orientaux de MUSLIMGAUZE (le temps
d’un titre arabo-médiéval chanté en français),
la turlutaine insane de NOVY SVET, le fauvisme sang-de-dragon de CURRENT 93,
tout concourt à rendre cet album infiniment addictif.

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire