Groupe : In Broken English
Album : Sometimes The Scars
Date : 2011-04-12
Label : Str8line
Distributeur :
Format : CD
Durée :

Difficile de ne pas évoquer le précédent groupe de Gregg Anthe (Morthem Vlade Art), tant In Broken English manie avec une même élégance mélodies imparables et brisures micro-soniques. Après une première production éponyme passée relativement inaperçue, « Sometimes the scars » est un véritable choc musical. Toujours suspendu entre accents coldwave (basses mélodiques), tentations electro-pop et new-wave ou fragments electronica, l’album est à la fois éclectique et homogène, gorgé de lumineux trémoussements comme ce « Shake it » ou le plus post-punk « Reckless », de lugubre robotique sur l’intense « Sometimes the scars », ou les hybrides NiN/Depeche Mode/Numan « Deaf Eyes Blind » ou « Undress », le disque ne cesse de nous entraîner au-delà de nos attentes initiales. La voix de Gregg resplendit, de tortueuses ballades à la Bowie « The bad and good times » au dénudé d’un Johnny Cash sur « Hurt myself » (un des sommets de l’album), ou encore enragé comme Nick Cave sur le final « We are strangers ». Emaillé de curieuses tentatives comme cet hommage à « Françoise » (Sagan) chanté en français ou un « Cold water » porté par une voix androïde-féminine, « Sometimes the scars » est un miraculeux objet sonore.       

Catégories : Chroniques

0 commentaire

Laisser un commentaire