Groupe : Demian Clav
Album : Wisteria Lodge
Date : 2012-03-07
Label : Prikosnovenie
Distributeur :
Format : CD
Durée :

Après une introduction à l’éclat prog-rock manifeste, Demian Clav dévoile à nouveau toute sa magie liquide, son art de saisir un en deçà prodigue en visions oniriques. Musicalement de plus en plus décroché des échos à Legendary Pink Dots qui brillaient encore sur « Nightfall Prayers », Demian Clav explore des terres de plus en plus singulières, l’écriture est riche et les invités essaiment de nouvelles couleurs: Winston Tong, Sussan Deyhim, Niki Mono, Artemiev… De références cinématographiques, Pasolini, Tarkovski en présences sonores fantômatiques, « Wisteria Lodge » s’explore comme un ancien domaine chargé de souvenirs. On songe tout autant à des pièces synthétiques lyriques de Bill Nelson, qu’à l’étrange beauté des productions belges de l’époque Crépuscule/Crammed (Winter Lies Sonata), voire aux errances néoclassiques de formations allemandes des 90’s (Dead Offerings). Plus on entre dans l’album, plus le charme opère, on pourrait reprocher quelque emphase, l’ambition de cette musique « arty » mais si l’on dépasse les turbulences prog-rock d’une guitare qui altère parfois la sobre beauté victorienne de « Wisteria Lodge », le disque possède un souffle mélancolique, écho à des coeurs exténués enfermés dans le passé.    

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire